Étudiant

Marion Jelley

Étudiante en 4A - Master Géostratégie, défense et sécurité internationale - Diplôme de Sciences Po Aix - 2024

Étudiante en Master Géostratégie, défense et sécurité internationale, Marion Jelley termine sa 4e année à Sciences Po Aix. Dans ce portrait elle revient sur son parcours, son projet professionnel et sur son expérience en tant que tutrice au sein du service communication de l’École.

Pouvez-vous vous présenter, et nous parler de votre parcours ?

Je m’appelle Marion Jelley, j’ai 22 ans, et viens de terminer ma 4e année au sein du Master GDSI. Après un baccalauréat littéraire en double-cursus sportif au lycée Marseilleveyre (Pôle Espoir Judo), j’ai intégré la classe préparatoire au Concours commun au lycée Mistral à Avignon. J’ai choisi cette voie car je souhaitais, comme la plupart des sciencespistes, intégrer une formation pluridisciplinaire exigeante et prestigieuse, permettant d’ouvrir une multitude de portes et d’opportunités professionnelles. À Avignon, j’ai passé une année formidable, très riche en enseignements, en méthodes de travail, et en rencontres, qui m’a permis d’aborder sereinement et avec confiance mes études à Sciences Po Aix. 

En effet, j’ai choisi d’intégrer Sciences Po Aix pour sa réputation d’une part, et son regard tourné vers la Méditerranée d’autre part. C’est d’ailleurs une dimension qui m’est chère encore aujourd’hui, dans la mesure où j’ai effectué mon mémoire sur “L’Italie en guerre froide au prisme des intérêts américains en Méditerranée de 1967 à 1974”.

Vous avez choisi, après votre 3e année, d’intégrer le Master Géostratégie, défense et sécurité internationale. Pouvez-vous nous en dire plus sur ce choix et sur votre projet professionnel ? 

Après les deux années de socle commun et à plus forte raison dans la postérité de mon année de mobilité, intégrer le Master Géostratégie, Défense et Sécurité Internationale relevait de l’évidence. En effet, lors de mon année de 3A placée sous le signe du Covid-19, j’ai cependant eu la chance de pouvoir effectuer un stage à la Mission Coopération Internationale et Régionale du Département de La Réunion, ainsi qu’un échange universitaire à Ottawa, je suivais un Honors Degree en Affaires internationales. 

Cette année à confirmé mon intérêt pour la géopolitique et les relations internationales, tant d’un point de vue académique que professionnel. C’est dans ce constat que j’ai intégré le Master GDSI, qui est hautement stimulant, exigeant et formateur, d’autant plus que le Master 2 peut être poursuivi en alternance. C’est cette voie qui est celle que je privilégie aujourd’hui, afin d’à terme avoir une connaissance théorique et de “terrain” de la politique étrangère française, pour in fine devenir diplomate.

Quelles sont les expériences professionnelles, associatives,… marquantes durant votre cursus, qui vous ont aidé à construire ce parcours ? Pourriez-vous nous en parler ?

Dans ce parcours de la 1A à la 4A, plusieurs expériences associatives et professionnelles ont contribué à forger ma personnalité et mes compétences afin de tracer l’objectif à terme de ce cursus. Par exemple, l’association each One qui œuvre à l’insertion sociale et professionnelle de réfugiés en France, au sein de laquelle j’ai assuré la communication et qui m’a formée aux rudiments de ce poste pour une cause déterminante dans la vie des participants. 

Aussi, je suis impliquée au sein des NB’Aix, l’équipe de basket-ball de Sciences Po Aix depuis la première année, et ai été manitou en 2A et en 4A. C’est une expérience sans égale, dans la mesure où elle implique un travail et une cohésion d’équipe vers des objectifs collectifs, qui nécessitent une progression de chacune des joueuses à son échelle mais aussi en tant qu’élément d’un groupe. Ambition, persévérance et résilience sont les maîtres-mots d’une telle démarche. J’en profite pour remercier toute l’équipe et particulièrement Julie Adreit qui a absolument géré cette année à mes côtés et qui a beaucoup pris les devants lorsque j’étais moins disponible. Être manitou, c’est entraîner, chercher des sponsors, organiser des compétitions, maintenir des liens avec l’administration… tout un travail qui est très intense, mais aussi très formateur.

En parallèle de votre formation, vous êtes tutrice au service communication de Sciences Po Aix. En quoi consistent vos missions et que vous a apporté cette expérience ? 

Je suis en effet tutrice au service communication de Sciences Po Aix depuis septembre 2022. Dans le cadre de ce poste, j’ai pu avoir des missions très variées, chacune chargée d’intérêts divers. Par exemple, entre tâches de fond, et autres prérogatives plus ponctuelles, le poste de tutrice au service communication est complet à plusieurs égards. En effet, les compétences mobilisées et les compétences techniques acquises, en plus d’être très intéressantes, sont particulièrement valorisées dans le cadre professionnel. Par exemple, la familiarisation et la maîtrise de la suite Adobe, de WordPress, des sites internet et intranet, la rédaction de publications et de la Newsletter témoignent d’un certain esprit de synthèse et de qualités rédactionnelles, qui sont entretenues et développées toutes l’année au sein d’une équipe qui est juste super.

Par ailleurs, les horaires sont adaptables aux contraintes académiques, et l’ensemble de l’équipe s’est toujours montré compréhensif dans les moments d’intensification à ce niveau-là. J’en profite pour remercier vivement Jean-Baptiste, Laurine et Ségolène pour leur confiance et leur bienveillance dans cette année charnière du service, avec une nouvelle charte graphique, un nouveau site internet, et une application mobile ! 

Les recrutements des tuteurs ont commencé, un message pour les étudiants qui hésiteraient à postuler ?

Je ne peux que recommander aux étudiants de postuler à un poste de tuteur au sein de l’administration de Sciences Po Aix. Au regard de mon expérience au service communication, les missions qui m’ont été confiées correspondent à ce que j’y cherchais, c’est-à-dire des missions diverses, nécessitant polyvalence, organisation, et compétences techniques. C’est une année où l’on découvre les “coulisses” de notre École, et on contribue dans un rapport de proximité à la réalisation d’objectifs stimulants, en collaboration avec les autres agents, services, et parfois le Directeur…

Enfin, ce sont véritablement des postes qui sont pourvoyeurs d’expériences valorisantes dans le long terme, et qui permettent de fournir une expérience significative de travail en équipe, dans un cadre bienveillant et productif. Bref foncez !