Forum franco-allemand de la Méditerranée

L’IMERA, le CFAP, Sciences Po Aix et la KAS ont en partage de nombreuses valeurs et, d’abord, celle de ne pas enfermer les débats d’idées entre les murs institutionnels et académiques. Ces quatre institutions sont des lieux de réflexions, de savoirs, d’initiatives et de transmission. Chacune, à sa façon, cultive le goût de jeter des ponts entre les cultures et les façons de regarder le monde, de confronter les opinions, d’ouvrir des horizons. Avec le Forum franco-allemand de la Méditerranée (FFAM), inauguré en 2017, ces maisons de débats et d’échanges ont voulu, ensemble, proposer un grand rendez-vous annuel sur la Méditerranée qui se déroule à Aix-en-Provence et Marseille.

Si elles sont des villes d’Europe, Aix-en-Provence et Marseille sont aussi, intensément, des cités de la Méditerranée. Elles sont au croisement de deux anthropologies politiques. Celle de l’Europe, bien sûr, ce projet d’intégration né de l’idée folle – qui, heureusement, fut un temps contagieuse et servie par des rêveurs pragmatiques – qui est parvenu à surmonter, aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale, toutes les frilosités pour écrire un avenir inédit, imposer pacifiquement le dialogue et refouler les forces de la destruction et les relents des vieux nationalismes hors du Continent. C’est pour honorer cette conception de l’Europe que ce Forum s’affirme comme franco-allemand. Ses organisateurs souhaitent ainsi ne pas oublier le courage et les efforts que les femmes et les hommes de bonne volonté – en Allemagne, en France et dans les autres pays fondateurs – ont dû déployer pour engager leurs vieux pays respectifs dans l’unification de l’Europe. Les valeurs que portent le FFAM sont bien celles qui ont présidé à l’élan fondateur de l’Europe et qui furent le ciment de cette relation franco-allemande dans laquelle deux pays ont su dépasser des histoires ennemies et des mémoires meurtries pour faire de leur amitié le pilier fondateur d’un autre futur commun. À ce titre, l’amitié franco-allemande est l’héritière d’une conception humaniste des liens qui unissent le monde des Européens aux autres mondes. Et, en tout premier lieu, à la Méditerranée, carrefour des mondes orientaux, africains, balkaniques et européens dont les destins sont intimement liés et ont façonné l’autre anthropologie politique de la Provence.

Espace de lointaines traditions et de mouvements incessants, la Méditerranée demeure un monde singulier qui s’écrit toujours au pluriel. Souvent scène des désordres du temps, aujourd’hui décor d’un désastre humanitaire inexorable mais toujours théâtre infatigable de la jeunesse, de la révolte et de l’espoir, la Méditerranée se présente sous un jour complexe. Les cyniques du temps voudraient limiter cette vieille mer commune à une frontière liquide qui ne refléterait plus que l’indifférence… un cimetière sans stèles pour des femmes et des hommes éperdus d’avenir. À rebours des valeurs méditerranéennes d’hospitalité, et contre le projet d’un humanisme mêlant les cultures, c’est le populisme le plus médiocre – celui qui attise les peurs et excite les haines – qui semble aujourd’hui prospérer sur les estrades politiques, dans le débat public comme dans les urnes. Avec partout autour de la Méditerranée, au Nord comme au Sud, le constat que l’affirmation véhémente des identités, l’intolérance religieuse et la défiance à l’égard de toute altérité occupent chaque jour un peu plus le terrain des idées.

Aussi, face aux dangers qui menacent aujourd’hui les valeurs que partagent les démocrates et les humanistes des « deux rives », il est urgent d’entretenir la flamme de l’intelligence et de la tolérance, et de soutenir les jeunes générations dans le défi qui vient : inventer le dialogue interculturel de demain et le faire gagner contre les tentations de repli identitaire ou les lectures tristes de l’histoire. Convaincus qu’il n’est possible de dessiner un avenir politique désirable qu’à la condition de fédérer savoirs, opinions et cultures, les organisateurs du FFAM l’ont conçu comme un moment où se rencontrent auteurs et acteurs, chercheurs et artistes, étudiants et grands témoins. Depuis sa première édition, le FFAM s’attèle ardemment à compter parmi les lieux où se pensent les mutations et se réinventent un monde commun entre les Europes et les Méditerranées.

Contact