Parutions

S’engager pour les animaux, Paris, Presses universitaires de France, coll. « La vie des idées », 2019

dirigé par Christophe TRAÏNI professeur de science politique à l’Institut d’Etudes Politiques d’Aix-en-Provence et membre du laboratoire CHERPA, Croyance, Histoire, Espace, Régulation et Administration (EA 4261).
Fabien CARRIE est chargé de recherche au FRS-FNRS et membre du Centre de Recherche Interdisciplinaire sur la déviance et la pénalité (CRID&P, Université catholique de Louvain).

Description

Mise en lumière par des scandales sanitaires récents et par la montée en puissance d’associations se réclamant de l’antispécisme et du droit des animaux, la « question animale » a pris ces dernières années en France une importance inédite. Cette problématique est portée dans l’espace public par un ensemble de groupes et d’acteurs qui entendent représenter politiquement les intérêts des animaux à ne pas souffrir au sein des dispositifs d’exploitation. 
Quels sont les ressorts émotionnels, intellectuels et théoriques de cet engagement ? Le mouvement « animaliste » contemporain constitue-t-il une nouveauté et quelles sont les conditions historiques de son émergence ? En quoi son influence croissante change-t-elle nos perceptions des rapports légitimes entre humains et non-humains ? Quels sont les enjeux et les futurs possibles de cette entreprise singulière de représentation politique ?

Cliquez sur le lien ci-dessous pour découvrir la table des matières

https://www.puf.com/content/Sengager_pour_les_animaux

Politisation du proche. Les lieux familiers comme espaces de mobilisation Rennes, Presses Universitaires Rennes, coll. « Res Publica », 2019

dirigé par Stéphanie DECHEZELLES, maîtresse de conférences en science politique à Sciences Po Aix, chercheuse au CHERPA et associée au LAMES,

Maurice OLIVE, maître de conférences en science politique à l’université d’Aix-Marseille et chercheur au CHERPA.

Résumé :

Les dernières décennies ont vu se multiplier les situations conflictuelles liées aux interventions publiques visant à requalifier les espaces, à leur prescrire une vocation ou à encadrer leurs usages. Si les conflits autour des grands projets d’aménagement ont été assez largement analysés, les mobilisations locales ont beaucoup moins attiré l’attention des chercheurs, laissant ainsi le champ libre à des interprétations générales, souvent réductrices, voire dépréciatives. Essayer d’en restituer la richesse, et de mieux saisir leurs significations, leurs modes d’ancrage et leurs dynamiques est l’objectif de cet ouvrage.

Les contributions qu’il rassemble reposent sur des enquêtes de type ethnographique, à la croisée de plusieurs champs académiques (science politique, sociologie, anthropologie, géographie), mais guidées par une préoccupation commune : considérer les mondes familiers comme des espaces de critique sociale et de revendication politique. Une hypothèse centrale parcourt l’ouvrage: ce qu’expriment les mobilisations étudiées est moins une «crise de l’intérêt général », entendue dans le sens d’un repli vers le cadre de vie, que l’inverse, c’est-à-dire la revendication de prendre part à l’action publique à partir d’une attention au proche. Elles témoignent des transformations des espaces du politique, dont elles sont une expression renouvelée plutôt que le symptôme d’une crise profonde.

"The CSCE and the end of cold war - Diplomacy, societies and Human Rights 1972-1990"

dirigé par Nicolas BADALASSI, CHERPA Sciences Po Aix et Sarah SNYDER, American University

Description

From its inception, the Conference on Security and Cooperation in Europe (CSCE) provoked controversy. Today it is widely regarded as having contributed to the end of the Cold War. Bringing together new and innovative research on the CSCE, this volume explores questions key to understanding the Cold War: What role did diplomats play in shaping the 1975 Helsinki Final Act? How did that agreement and the CSCE more broadly shape societies in Europe and North America? And how did the CSCE and activists inspired by the Helsinki Final Act influence the end of the Cold War?

Cliquez sur le lien ci-dessous pour découvrir la table des matières

https://www.berghahnbooks.com/title/BadalassiCSCE

Les volontaires armés. Ces Français qui ont combattu pour une cause étrangère depuis 1945

de Walter Bruyère-Ostells, Professeur d'histoire contemporaine à Sciences Po Aix CHERPA

Celui-ci retrace les parcours de ces hommes qui, depuis soixante-dix ans, quittent une France en paix pour faire la guerre ailleurs. Pour cela, il a cherché à comprendre leurs motivations, à éclairer les idéologies politiques ou religieuses qui les animent, les filières qui ont facilité leur départ et, enfin, leurs possibilités de réinsertion dans notre société.
Pour commander cet ouvrage cliquez sur le lien ci-dessous :

http://www.nouveau-monde.net/livre/?GCOI=84736100804610&

Éditeur Nouveau Monde éditions
Support Livre broché

ISBN-10 2369427531
ISBN-13 9782369427537

 

 

Amérique latine – Monde arabe. La diagonale des Suds

Sous la direction de Bernard Botiveau, Hernando Salcedo Fidalgo et Aude Signoles
Paris, Riveneuve, 235 p.

Depuis plus d’un siècle, des diasporas d’origine arabe établies en Amérique latine maintiennent les échanges entre ce continent et différents pays du Proche-Orient. L’histoire et la sociologie des migrations étudient ceux qu’autrefois on appelait « Turcos » – car ils venaient de l’Empire ottoman – et leurs façons de s’intégrer dans les pays d’accueil sans renier leurs cultures d’origine. Les soulèvements arabes de 2011 ont eu un vif écho en Amérique latine et ont ranimé des interrogations plus anciennes, liées à la guerre en Palestine et aux interventions américaines en Irak puis à la guerre en Syrie. Intérêts économiques et échanges pétroliers avaient déjà poussé certains États des deux continents à coopérer. Certaines tendances à la gouvernance autoritaire aussi. Au plan social et culturel, une curiosité nouvelle se manifeste en Amérique latine pour les racines ethnico-linguistiques et religieuses, contribuant à créer une effervescence identitaire autour des « origines » et de leurs significations culturelles et politiques.

Les recherches présentées par les contributeurs de ce livre ont été menées en Colombie, au Mexique, en Argentine et au Proche-Orient. Elles ont été confrontées à Mexico au cours de la Semana Arabe du Collegio de Mexico, à Buenos-Aires, dans le cadre des études sur les « aires culturelles » de l’ALADAA. À Aix-en-Provence, enfin, une journée d’études de ce programme, accueilli par l’Institut d’études politiques et par IREMAM, a servi de matrice au présent volume, qui dresse une cartographie tout en nuances de ces échanges.

Bernard Botiveau, directeur de recherche honoraire à l’Institut de recherche et d’études sur le Monde arabe et musulman (IREMAM, CNRS), a enseigné à l’IEP d’Aix-en-Provence, à l’Université de Birzeit et dirigé le CEDEJ au Caire. Il publie en 2017 : « Palestine after Oslo : Time as Politics », in Mediterranean Yearbook : The Arab-Israeli Conflict Revisited, Barcelone, IEMed.

Hernando Salcedo Fidalgo, médecin, sociologue et linguiste. Membre du Grupo de Investigaciones del Mundo Árabe y Musulmán, Institut Colombien de la Science et la Technologie, Francisco José de Caldas (Colciencias). Il a publié avec B. Botiveau : “Nuestros primos remotos de Colombia. Percepciones palestinas de la emigración hacia América Latina”, Foro Internacional, Vol. LIV, n.  3, julio-septiembre 2014.

Aude Signoles enseigne à Science Po Aix-en-Provence, où elle dirige un Master d’expertise politique comparée sur les mondes arabes et musulmans et l’Amérique latine, ainsi qu’un programme de recherche sur l’humanitaire islamique en France. En Palestine de 1996 à 2006, elle a étudié la représentation politique locale. Elle est l’auteure de :
Les Palestiniens, entre État et diaspora. Le temps des incertitudes, Karthala, 2012 (avec J. Al Husseini) et Vivre sous occupation, Ed. Gingko, 2012.

Avec les contributions de :
- Susana Brauner (Ph.D), Professeure et Chercheure, Programme « Diversité culturelle », Universidad Nacional Tres de Febrero – UNTREF, Argentine
- Gilberto Conde, Maître de Conférences, Centro de Estudios de Asia y Africa, El Colegio de Mexico
- Elka Correa, Docteure en histoire, Université Aix-Marseille
- Nofret Berenice Hernández Vilchis, Professeure à l’Université Iberoamericana, Mexico, programme « Journalisme International » et « Communication Journalistique »
- Julie Massal, Docteure en science politique, Science Po Aix-en-Provence. Professeure à l’Université Nationale de Colombie
- Marta Tawil Kuri, Enseignante et chercheuse au Centro de Estudios Internacionales de El Colegio de México

Pour commander cet ouvrage : Éditions Riveneuve https://www.riveneuve.com/catalogue/amerique-latine-monde-arabe-la-diagonale-des-suds/
ISBN 978-2-36013-484-7

Ouvrage publié avec le soutien de l’Institut de recherches et d’études sur les mondes arabes et musulmans, Iremam, Aix Marseille Université, CNRS, Aix-en-Provence, France et le CHERPA Sciences Po Aix.

RÉPUBLIQUE ET ISLAM : DÉFIS CROISÉS

Confluences Méditerranée n°106
Sous la direction de Haoues Seniguer avec la participation de Franck Frégosi et Fatima Khemilat
RELIGIONSISLAMEUROPE

Ce nouveau numéro de la revue Confluences Méditerranée consacré aux rapports entre République et islam comporte entre autres sujet : Penser le fait islamique en France en périodes troublées ; De quoi le gouvernement de l'islam en France est-il le nom ? ; Entre répression et et prévention, retour sur l'antiterrorisme en France ; La laïcité, nouvel étendard de l'intégration ? ; La construction des prières de rue comme problème public ; Le drapeau ou le djihad ! Regard comparé sur les logiques d'engagement militaire et djihadiste.

Broché - format : 15,5 x 24 cm
ISBN : 978-2-343-15818-1 • 5 octobre 2018 • 228 pages

Un tournant ambivalent ?
Le marché de la démocratie participative

par Alice Mazeaud, Magali Nonjon

"Aujourd'hui la démocratie participative ne s'affiche plus seulement dans les discours, elle s'incarne dans des règles juridiques, des dispositifs participatifs, des services administratifs, des échanges marchands, etc.
Les militants d'hier sont pour l'essentiel concurrencés par des professionnels (agents publics, consultants, salariés de grandes entreprises d'aménagement) qui vivent de l'offre de participation et ont, à ce titre, intérêt à l'entretenir. La demande de participation tend ainsi désormais à devenir la finalité et l’alibi de ce que les auteures qualifient de marché de la démocratie participative.

En s'intéressant à la construction savante de l'impératif participatif, aux luttes d'expertises professionnelles qui l'ont accompagnée tout comme à la sociologie et aux pratiques concrètes de ces acteurs auxquels les autorités publiques ont confié la charge d'animer, d'organiser ou encore d'évaluer des dispositifs participatifs, cet ouvrage rappelle combien la qualité démocratique ne peut à elle seule expliquer le développement des politiques participatives en France. Les dynamiques de professionnalisation y ont joué un rôle majeur. C’est ce que montre cet ouvrage qui éclaire également les logiques sociales et politiques de la sophistication croissante des technologies de gouvernement et plus largement l'ambivalence politique du tournant participatif contemporain. Remise en cause sur le plan symbolique par la promotion du citoyen-expert et des formes participatives de légitimation politique, la division du travail politique entre le professionnel et le profane semble en pratique plus solide que jamais."

Pour le commander cliquer ici :
Prix du livre papier : 20 €
Pour la version électronique (PDF) :
15 €
ISBN : 9782365121569

Introduction à la communication politique

Philippe Aldrin, Nicolas Hubé

Par l'importance qu'elle a prise dans le travail institutionnel et politique, la communication est une entrée privilégiée pour comprendre les transformations contemporaines de la conquête et de l'exercice du pouvoir.

Feuilleter le livre : sommaire et introduction
http://fr.calameo.com/read/000015856f67dfbea16c2

Code ISBN : 9782807308633

 


"Départem
ents, une controverse française" Marie-Ange Grégory
Le département existe comme « objet de réforme ». Pour autant, la question de savoir pourquoi les départements – régulièrement critiqués – n’ont-ils pas été supprimés, paraît sans fondement. À bien y regarder, celle-ci a tout l’air d’une fausse énigme ou du moins d’une énigme soluble. Le département peut-il être supprimé ? Cette institution souvent jugée archaïque est en réalité hyper-institutionnalisée, au centre du système, au moins comme cadre de l’administration et de la compétition électorale. En outre, dans la pratique, la question ne se pose pas. Ce n’est pas non plus une thématique électorale, seulement une joute parlementaire – et encore qui ne clive pas forcément – ou une question d’experts, de techniciens. Il semblait donc plus heuristique et plus pertinent de s’interroger ainsi : Où, comment et pourquoi surgit cette question de la suppression ou du maintien des départements ?
C’est à cette interrogation que tente de répondre cet ouvrage au travers de quatre focus : la fin du Second Empire et son débat sur la décentralisation, l’émergence du régionalisme au début du XXe siècle, le régime de Vichy et la structuration d’un lobby départementaliste après-guerre, la période contemporaine et son « millefeuille territorial ». Or, schématiquement, à chacun de ces « moments » de la controverse, il s’agit de comprendre la menace pour les départements et la résistance des acteurs départementalistes. 
 
Les départements, une controverse française apporte ainsi les clés pour comprendre les enjeux cachés derrière la question du maintien ou de la suppression de l’échelon départemental. Il permet également de développer ses connaissances sur les départements et les conseils départementaux mais aussi sur l’histoire de la décentralisation et le lobbying des élus locaux.
 
Vous pouvez consulter la table des matières sur le site de l'éditeur :



« Le vote FN. Pour une sociologie localisée de l'électorat frontiste » aux éditions De Boeck supérieur, collection, ouvertures politiques.
Février 2017

Parution de l'ouvrage réalisé par Christèle Marchand-Lagier
, MCF de science politique à l'Université d'Avignon, chercheure au LBNC et chercheure associée au CHERPA-IEP Aix-en-Provence.

Présentation de l'ouvrage :
« À la rencontre des électeurs du Front national : une analyse approfondie des processus d’adhésion au parti à travers des portraits et des entretiens.
Qui vote pour le Front national ? Ses propositions séduisent- elles ses électeurs ? Les connaissent-ils effectivement ? Croient-ils vraiment que ce parti pourra changer leur vie ?

En se démarquant d’une approche sondagière et médiatique qui ne cesse d’agiter l’épouvantail FN, l’auteure part à la rencontre des électrices et des électeurs de ce parti : elle leur donne la parole, les laisse raconter ce qu’ils sont pour mieux comprendre ce qu’ils font.

L’ouvrage dresse des portraits d’électeurs, ni victimes, ni diabolisés, pour mesurer la distance qu’ils entretiennent avec la politique. S’appuyant sur de nombreux témoignages, il montre qu’il n’y a pas un électeur FN type, soutien inconditionnel et idéologique d’une cause, mais plutôt un ensemble de personnes dont les choix évoluent entre socialisations politiques et expériences sociales.

Une analyse inédite des processus qui conduisent à soutenir le FN, avec un focus sur les causes profondes de son enracinement électoral, particulièrement dans le sud-est de la France. »

Pour une présentation du sommaire, de la préface réalisée par Patrick Lehingue et de l'introduction de l'auteure, voir : http://www.decitre.fr/media/pdf/feuilletage/9/7/8/2/8/0/7/3/9782807305595.pdf

(In)disciplines partisanes : Comment les partis politiques tiennent leurs militants 

Presses Universitaires du Septentrion : 12 décembre 2016

La guerre d'Algérie : Les combattants français et leur mémoire 

Fruit d'une enquête de vingt et un ans auprès de mille témoins et d'une connaissance du terrain, cet ouvrage restitue le vécu et la mémoire de cette dernière génération du feu. Appelés et réservistes, mais aussi professionnels, paras ou légionnaires, livrent ici, souvent pour la première fois, leur vision de cette guerre, que certains estiment avoir militairement gagnée.

La guerre d Algérie a mobilisé près de deux millions d hommes. Ces derniers gros bataillons de la République, engagés pour huit longues années, reviennent avec des séquelles et des blessures qui ne cessent aujourd'hui encore de les hanter. Les sentiments mêlés de honte ou de révolte que suscite ce conflit en soulignent toute l'ambiguïté : cette guerre continue de déranger les consciences.

Gêneur qui empêche de commémorer en rond, l'historien ne peut que constater le traumatisme et sa pérennité. Achevé après un dernier voyage en Grande Kabylie, en avril 2015, en compagnie d'un des combattants cités, le présent ouvrage nourrit le vœu de guérir les plaies côté français et d' œuvrer à la réconciliation des deux rives de la Méditerranée.

Odile JACOB
Parution : 13/01/2016

Politiques de l’alternance
Sociologie des changements (de) politiques

Auteurs : Philippe Aldrin - Lucie Bargel - Nicolas Bué - Christine Pina

Politiques de l'alternance (2016)

À plus d’un an de l’élection présidentielle de 2017, les leaders de l’opposition politique affirment déjà la nécessité d’une alternance au pouvoir. Leur discours, devenu routinier, consiste à valoriser l’alternance à la fois pour elle-même, comme signe de « bonne santé démocratique », et aussi parce qu’elle est supposée porteuse de changements politiques et sociaux. Plus largement, toute une série d’acteurs (responsables politiques et militants, collaborateurs d’élus et agents administratifs, journalistes et commentateurs politiques, représentants de la société civile, des salariés, de groupes de pression, etc.) se positionne dans l’optique d’une éventuelle alternance à venir. Intégrée par les acteurs politiques comme par ceux qui dépendent de leurs décisions, l’alternance est ainsi anticipée par de nombreux pans de la société, en même temps qu’elle est présentée comme salutaire pour le régime et les institutions.
Pourtant, la notion d’alternance au pouvoir n’a pas toujours constitué une catégorie d’entendement du jeu politique. En France, c’est dans les années 1970 que son emploi s’est répandu, tandis que dans de nombreux pays, y compris démocratiques, elle ne fait guère sens.
Comment expliquer que la compétition politique soit désormais pensée en termes d’alternance ? A quelles conditions une alternance se produit-elle ? Quels effets politiques et sociaux peut-on imputer à l’arrivée au pouvoir d’une nouvelle majorité ?
Cet ouvrage regroupe une quinzaine de contributions de politistes, réparties en trois parties. La première permet de comprendre à quelles conditions une alternance produit du changement. La deuxième partie revient sur la première alternance de la 5e République, celle de 1981, pour en comprendre le caractère historique. Enfin, la troisième partie élargit le regard en étudiant l’alternance dans des espaces politiques infranationaux ou non démocratiques.
Ce livre est destiné aux chercheurs et étudiants en sciences sociales, mais aussi plus largement à toute personne intéressée par la politique et soucieuse de mieux connaître ce phénomène caractéristique des démocraties contemporaines.

http://croquant.atheles.org/sociopo/politiquesdelalternance/

Parution : 01/03/2016
ISBN : 9782365120784


 

"Emotions et expertises" Christophe TRAÏNI

Les modes de coordination des actions collectives

Longtemps considérée iconoclaste, ou réservée à la seule psychologie, la prise en compte des émotions est en passe de devenir l’un des mots d’ordre les plus pressants de l’étude des phénomènes politiques. Alors même que cette avancée est précieuse pour la connaissance, la prudence commande pourtant de ne pas envisager l’émotion comme une variable explicative suffisante en soi.
À l’encontre de tout réductionnisme, cet ouvrage prend le parti de traiter la mise à l’épreuve des émotions et la formulation d’expertise comme deux modes alternatifs de coordination des actions collectives. À la question des propriétés respectives de ces deux régimes de coordination, s’ajoutent celle de la nature variable de leurs relations, des dispositions propres aux protagonistes qui s’en emparent, ou bien encore des effets équivoques exercés sur les configurations au sein desquelles ils s’insèrent.
En pensant ensemble émotions et expertises, cet ouvrage contribue ainsi à renouveler des questionnements anciens, et trop souvent disjoints, en ce qui concerne des objets d’études tels les mobilisations protestataires, les organisations partisanes, l’élaboration des politiques publiques, les procédures dédiées à la consultation des citoyens ou bien encore la gestion des passés politiques conflictuels.
Les études rassemblées décloisonnent les approches, les domaines d’études et les disciplines. Elles offrent une mise en perspective comparative qui s’appuie aussi bien sur des cas contrastés que sur divers contextes nationaux (France, Inde, Israël, Italie, Pérou, territoires palestiniens, Turquie).

Collection : Res Publica
Nombre de pages :  206 p.
ISBN : 978-2-7535-3603-6

http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=3744

 

aldrin-europe-2014

"Les médiations de l'Europe politique" Philippe Aldrin, Nicolas Hubé, Caroline Ollivier-Yaniv, Jean-Michel Utard  - Collectif

Comment l'Europe fabrique-t-elle sa légitimité politique ? L'analyse est trop souvent réduite aux commentaires qui, après chaque scrutin européen, vitupèrent contre la "mauvaise" politique de communication de ses institutions. A rebours de cette antienne, cet ouvrage se propose d'examiner l'enracinement de l'idée européenne à travers les nombreuses médiations qui ont été historiquement construites entre l'Union européenne et les Européens. Les textes réunis étudient au concret les cadres et la genèse des débats autour du "problème" de l'opinion, ainsi que les différentes catégories d'acteurs qui y sont engagés. En portant le regard sur l'historicité du processus, sur les gestes professionnels, les productions symboliques, les conditionnalités politiques et les expérimentations participatives de la politique européenne de l'opinion, les contributeurs apportent un éclairage original sur la pluralité des médiateurs de la cause européenne. En observant les concurrences et les coopérations entre des agents situés dans diverses arènes (administrations, académies, représentations d'intérêt, collectivités territoriales, médias, organisations politiques, etc.), ce livre désingularise cette politique européenne pour l'appréhender en tant que pièce d'un jeu qui se déploie simultanément sur plusieurs échelles du politique.

Editeur : Presses universitaires de Strasbourg (27 septembre 2014)
Collection : Sociologie politique europe
Langue : Français
ISBN-10: 2868209017
ISBN-13: 978-2868209016


aldrin-communication-politique-2014"Les mondes de la communication publique"
Légitimation et fabrique symbolique du politique
 Philippe Aldrin, Nicolas Hubé, Caroline Ollivier-Yaniv, Jean-Michel Utard  - Collectif

Ce que le politique fait à la communication et ce que la communication fait au politique : cet ouvrage interroge le travail de légitimation des décisions politiques sous l’angle de la « communication publique ». Il en ressort que la compréhension de ce travail ne peut désormais faire l’économie d’une approche attentive à la sociologie des acteurs et à l’analyse des pratiques discursives ou sémiotiques, tant les manières de faire des acteurs sont indissociables des discours qui les fondent.
Avec le soutien de l’Université Paris-Est.

Collection : Res Publica
Nombre de pages : 190 p.
ISBN : 978-2-7535-2889-5


bruyereostells-denard-2014"Dans l'ombre de Bob Denard" Walter BRUYERE-OSTELLS

Début des années 1960 : en pleine décolonisation du Congo belge, la sécession du Katanga provoque la première concentration de combattants étrangers, qui affluent par centaines. Parmi ces « chiens de guerre », les Français sont les plus actifs. Ils entament une sorte d'âge d’or, une succession de coups de main et de coups d’État qui s’étend sur tout le continent et les verra notamment prendre le contrôle des Comores de 1978 à 1989. Pendant toute la guerre froide, les « Affreux » (comme les surnomme la presse) servent clandestinement les intérêts d’anciennes puissances coloniales désireuses de conserver une forte influence en Afrique. Leur chef, Bob Denard, fait l’objet d’une forte médiatisation.
Pour la première fois, ce livre étudie dans son ensemble le groupe des 147 mercenaires français : ses origines, ses personnalités marquantes, ses dissensions, son mode de vie, son rapport à l’argent, etc. Grâce aux archives privées de Bob Denard, dévoilées pour la première fois, grâce aussi à de nombreux témoignages, l’auteur nous plonge, loin des clichés, dans la vie quotidienne de ces hommes qui vont de conflit en conflit. Certains fuient un passé trouble, d’autres sont de bons pères de famille. Plusieurs cultures et générations s’entrecroisent : les baroudeurs, les « corsaires de la République », les « gangsters ». Fers de lance de la lutte anticommuniste, relais des réseaux occultes de la Françafrique avant d’être désavoués par Paris, alternant fortune, gloire et défaites, les « affreux » ne trouvent plus leur place dans le monde post-guerre froide : ils seront bientôt remplacés par les sociétés militaires privées de type anglo-saxon.

Support Livre broché
Nb de pages CDLXXX - p.
ISBN-10 2-36942-076-6
ISBN-13 978-2-36942-076-7
GTIN13 (EAN13) 9782369420767

Contact