Nos questions à Fabian Meinel

Dans la perspective du 5e Forum franco-allemand de la Méditerranée, Fabian Meinel, directeur du Centre Franco-Allemand de Provence revient sur l’histoire de ces rencontres et sur les thématiques de la nouvelle édition qui se tiendra du 23 au 25 novembre 2022.

Quelles sont les missions du Centre Franco-Allemand de Provence ?
 
Le Centre Franco-Allemand de Provence est un interlocuteur central pour les relations franco-allemandes en Provence. Notre mission est de dynamiser le dialogue entre les deux pays voisins et d’œuvrer pour une coopération très étroite entre les deux pays au sein de l’Union européenne. Nous nous nous tournons cependant toujours au-delà du cadre franco-allemand et recherchons le dialogue multilatéral. Un aspect important de notre travail est la promotion de la coopération entre l’Europe et le sud et l’est de la Méditerranée – c’est pourquoi le Forum Franco-Allemand de la Méditerranée est pour nous un projet tout à fait central.

Nous mettons en œuvre nos missions dans le cadre de différents évènements, très souvent aussi par le biais d’un travail de projets à long terme, qui peuvent parfois se dérouler en « arrière-plan ». Le dialogue nécessite évidemment des connaissances linguistiques : c’est pourquoi nous proposons également des cours tous niveaux, des certifications, des tests et de la formation continue.
 

 
À travers un riche programme de manifestations à l’année, le CFA Provence couvre la présence culturelle franco-allemande dans toute la région PACA. Quels sont vos projets à venir ? Comment souhaiteriez-vous voir évoluer vos actions ?
 
Très concrètement, l’année prochaine sera marquée par un anniversaire important : Nous fêterons les 60 ans du Traité de l’Élysée et de la création de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse. Nous commençons donc l’année avec une série d’événements et de projets bilatéraux, dont un projet intergénérationnel sur les rêves et les perspectives de la coopération franco-allemande et un projet d’échange entre des collèges à Aix-en-Provence et Tübingen, notre ville jumelle.

De manière générale, nous sommes un institut qui encourage le dialogue à tous les niveaux et avec différents publics, ce qui se reflète également dans la diversité de nos manifestations. L’échange entre les communes d’Aix et de Tübingen est cependant très important pour nous, par exemple dans le cadre d’un dialogue citoyen que nous avons lancé en 2021 : plus les thèmes sont concrets et proches de la vie quotidienne, plus le dialogue est fructueux, et cela fonctionne très bien au niveau communal. Dans cette même logique, mais à une échelle plus large, nous redynamisons l’échange entre la région PACA et la Bavière. D’autre part, nous développons nos compétences dans le domaine de la coopération transméditerranéenne. Un nouveau projet important financé par l’Office franco-allemand pour la Jeunesse est « Repenser la Méditerranée ensemble : Politique de jeunesse dans l’espace transméditerranéen » avec des partenaires en Allemagne, en France et en Tunisie, où il s’agit de donner une voix aux jeunes, de permettre aux jeunes de repenser la coopération transméditerranéenne. Le but de projet sera aussi d’ouvrir des perspectives pour la création d’un Office de jeunesse transméditerranéen.
 
 
Le Forum franco-allemand de la Méditerranée, dont le Centre Franco-Allemand de Provence est co-organisateur aux côtés de l’IMéRA et de Sciences Po Aix, se tiendra les 23, 24 et 25 novembre 2022. Pouvez-vous nous parler de cette 5e édition ?
 
Pour sa cinquième édition, le Forum est vraiment devenu une plateforme franco-allemande importante de dialogue, à partir de laquelle d’autres projets se développent également. Nous avons porté le Forum depuis 2017, à une époque où, avec le Brexit, Trump et les évolutions nationalistes dans différents pays européens, dont l’Allemagne et la France, l’ouverture et le dialogue n’étaient plus une évidence pour tous. Malheureusement, ces évolutions se sont en partie aggravées et, en 2022, nous sommes effectivement confrontés à une guerre en Europe. Dans ce contexte, notre forum se penchera cette année sur les possibilités et les voies de la réconciliation : je me réjouis particulièrement de la table ronde d’ouverture, qui mettra en relation l’expérience franco-allemande de réconciliation avec la question de la réconciliation franco-algérienne. Il s’agit également de l’arrière-plan de la formation d’images et de concepts d’altérité dans l’esprit des gens. Comme notre forum traite des relations entre l’Europe et le sud et l’est de la Méditerranée, le concept d’« orientalisme » de Saïd est central. Mais c’est notamment l’idée d’un « après l’orientalisme », d’un dépassement et d’une déconstruction de l’orientalisme dans les discours scientifiques et artistiques ainsi que dans les pratiques des musées, qui est importante pour nous. Dépasser les préjugés et les images ancestrales comme condition préalable au dialogue, voilà comment on pourrait peut-être résumer le thème de ce forum. J’attends avec impatience les nombreuses discussions avec des personnes d’horizons très différents !