Sciences po Aix et le Groupe Adecco, leader mondial des solutions en ressources humaines ont signé samedi 5 juillet, jour du Conseil d’Administration, une convention de partenariat visant à renforcer leurs actions en faveur de l’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi. Adecco est engagé en France dans le combat vital pour l’emploi durable. Science Po Aix, représenté par Christine Lagarde, Directrice Générale du Fonds Monétaire International (FMI) et Présidente du Conseil d’Administration et le Professeur Christian Duval, Directeur de Science Po Aix, ont rappelé combien “dans un monde marqué par une compétition âpre, il était important qu’une grande école comme l’IEP se mobilise pour l’emploi de ceux qu’elle a mission de former”.

Avec cet accord d’une durée de 3 ans, le Groupe Adecco et Science Po Aix s’engagent à travailler conjointement pour développer des actions de partenariat, dans les domaines de la formation, de la recherche et l’innovation – via le Lab’Ho du Groupe Adecco – et la réalisation de manifestations communes à destination des étudiants. « Ce partenariat doit nous permettre de travailler toujours plus en amont, sur des solutions innovantes en matière de formation, de développement de l’alternance, et d’anticiper les évolutions du marché de l’emploi de demain, pour mieux préparer l’insertion des jeunes diplômés » a déclaré Alain Dehaze, Président du groupe. « Nous sommes dans le prolongement des politiques que nous menons depuis plusieurs années, lui a répondu Christian Duval, Directeur de l’IEP. Elles visent d’abord à créer des liens durables et fructueux avec le monde de l’entreprise. 80% de nos étudiants sont destinés à rejoindre le tissu des grandes sociétés comme celui des PME, il est vital pour nous d’avoir une approche concrète de cette réalité socio-économique ! »

Quelques heures après ces échanges, l’assemblée générale des anciens de Sciences po Aix qui a réuni plus de 250 personnalités aujourd’hui engagées dans la vie active, démontrait, s’il en était besoin, combien les formations de l’IEP était ancré dans le pays réel. Un ministre du Luxembourg, une directrice du FMI, un jeune maire d’Aquitaine n’ont pas démenti cette vérité.