Le 22 janvier 2021

Chères et chers collègues,
Chères étudiantes, chers étudiants,
Mesdames, Messieurs,

La pandémie à laquelle nous sommes confronté(e)s depuis bientôt un an, soumet notre génération et celle de nos enfants à une épreuve sans précédent. La crise qui en résulte bouscule évidemment notre rapport au vivant, interroge notre capacité à aborder rationnellement un événement absolument inattendu, difficilement résistible et générant une incompressible incertitude. Beaucoup (trop) de questions restent sans réponse alors que jamais le corps social n’aura été à ce point en attente de cette prévisibilité sans laquelle il ne peut y avoir de sérénité.

Si le risque épidémique éreinte l’ensemble de la société, il devient clair que ses conséquences sont plus rudes encore pour nos étudiant(e)s, astreint(e)s à une forme inédite de claustration. L’isolement sanitaire se mue en un retrait du monde dont nous avons tout à craindre. Éloigné(e)s les un(e)s des autres, nos étudiant(e)s doivent composer avec les contraintes d’un enseignement à distance qui est aujourd’hui le seul moyen dont nous disposons pour garantir la continuité de nos missions. A cet égard, je veux d’ailleurs saluer la qualité du travail accompli par l’ensemble des services impliqués. Pour autant, nous devons garder à l’esprit que faute de pouvoir assurer, actuellement, leur présence physique au sein de l’établissement, il est absolument essentiel de maintenir avec chacun(e) le lien. Cette exigence est d’autant plus impérative que la situation de certain(e)s de nos étudiant(e)s est désormais très préoccupante d’un point de vue économique mais aussi psychologique.

Toute notre communauté doit être bien consciente que nous refusons catégoriquement toute politique d’abandon. Nous nous saisirons de toutes les opportunités permettant de retrouver un fonctionnement le plus proche possible de la normalité. Nous renforçons et améliorons grâce à la collaboration de toutes et tous (élu(e)s étudiant(e)s, services dédiés, enseignant(e)s) les dispositifs d’identification, de suivi et de prise en charge des plus fragiles.

J’ai souvent eu l’occasion de rappeler que Sciences Po Aix portait un projet non seulement universitaire mais également civique qui n’a de sens que si nous restons fidèles, particulièrement lorsque les temps sont durs, à cette fraternité qui n’est rien d’autre qu’une solidarité en action. Comme l’écrivait Hugo « Rien n’est solitaire, tout est solidaire. L’homme est solidaire avec la planète, la planète est solidaire avec le soleil, le soleil est solidaire avec l’étoile, l’étoile est solidaire avec la nébuleuse, la nébuleuse, groupe stellaire, est solidaire avec l’infini ». Plus modestement, considérons que nous formons avec nos étudiant(e)s une communauté symbiotique dont l’intégrité dépend de l’engagement de chacun.

Chères toutes, Chers tous, gardez courage et espoir,

Votre dévoué,
Pr. Rostane Mehdi,
Directeur de Sciences Po Aix