La fine fleur des romanciers s’est donnée rendez-vous sous le soleil de Provence. La 12ème édition des Journées des Écrivains du Sud s’est tenue du 16 au 17 mai à L’institut de Management Public et de Gouvernance Territoriale (IMPGT), à deux pas de L’Institut d’Études Politiques d’Aix-en-Provence (IEP). Sous la direction de Frédéric Mitterrand, l’enjeu est de comprendre comment écrire « Le Roman du Romancier » ? Jean Giono fut le premier à poser cette question, à nos conférenciers aujourd’hui d’y apporter leurs réponses à travers leurs propres œuvres. De nombreux journalistes et critiques littéraire de renom étaient présents pour enrichir le débat. La réception du vendredi midi fut également l’occasion pour Sciences Po Aix, partenaire de l’événement, de présenter le deuxième numéro de son mook : Dixit.

Après deux jours de réflexion, certains invités se verront primés pour les travaux présentés à cette occasion. « Le prix littéraire des Écrivains du Sud récompense un auteur à l’occasion de la publication d’une œuvre de langue française remarquable pour sa mise en valeur de la littérature, quels que soient le genre et la forme de cette œuvre » peut-on lire sur le site internet de Paule Constant, présidente du Centre des Écrivains du Sud et organisatrice de ces Journées. Le Prix des Écrivains du Sud 2014 et le Prix des Lecteurs des Écrivains du Sud 2014 ont été décernés Samedi 17 mai à Frédéric Verger pour son livre Arden. En pleine Seconde Guerre Mondiale, deux metteurs en scène travaillent sans relâche. Juifs, les protagonistes sont contraints de se cacher pour composer. Pesante et drôle à la fois, cette œuvre nous plonge dans une Europe centrale tétanisée par la peur du nazisme. Une question demeure : parviendront-ils à achever leur opérette avant l’arrivée des trouble-fête ?